La dernière décennie ayant été marquée par une préoccupation grandissante au regard de la pollution, de plus en plus d’entreprises et de consommateurs ont essayé de changer leurs habitudes en faveur d’une économie plus circulaire.

 

L’économie circulaire fait de plus en plus parler d’elle : médias, entreprises, défenseurs de l’environnement… Contrairement à l’économie linéaire, basée sur le schéma « fabriquer, consommer, jeter », ce terme désigne essentiellement le fait de recycler, de réutiliser, et de remettre à neuf. 

L’économie circulaire repose sur trois piliers interdépendants : l’offre des acteurs économiques, la demande ou le comportement des consommateurs, et la gestion des déchets. Ces piliers s’articulent autour de 10 actions stratégiques (appelées les « 10 R »), qui permettent d’avoir un impact concret sur l’économie : Refuser, Réduire, Repenser, Réutiliser, Réparer, Rénover, Reconditionner, Reconvertir, Recycler et Récupérer.  

La dernière décennie ayant été marquée par une préoccupation grandissante au regard de la pollution, de plus en plus d’entreprises et de consommateurs ont essayé de changer leurs habitudes en faveur d’une économie plus circulaire. Le recyclage des déchets ménagers est probablement le signe le plus évident de cette évolution. Mais les entreprises aussi ont un rôle important à jouer. 

Sonepar dispose d’un réseau mondial de plus de 100 centres de distribution et 3 000 agences, qui représentent autant de « points de contact » grâce auxquels nous pouvons proposer à nos clients des services relevant de l’économie circulaire. 

Dans le cadre de sa stratégie de transition énergétique et de développement durable, le Groupe incite déjà l’ensemble de ses collaborateurs à développer des initiatives visant à réduire son empreinte environnementale : des idées écologiques bénéficiant à tous ainsi que des processus et des pratiques intégrant nos fournisseurs, nos clients et nos parties prenantes locales. Nous avons récemment créé un e-learning destiné à l’ensemble de nos 48 000 collaborateurs ; nos administrateurs et actionnaires familiaux seront également amenés à le suivre. 

Afin d’être acteurs de l’économie circulaire, les sociétés du Groupe doivent s’associer aux services locaux chargés de la récupération, de la réutilisation et du traitement des déchets. À cet effet, certaines sociétés dans plusieurs pays ont noué des partenariats avec leurs fournisseurs dans le but de proposer aux clients des produits plus facilement recyclables (démontables ou fabriqués à partir de matériaux s’intégrant favorablement dans la chaîne de traitement des déchets). Certaines se sont également associées à un partenaire de gestion des déchets à même de s’occuper des produits en fin de vie, de façon à optimiser leur collecte et à les envoyer dans la chaîne de traitement adéquate. 

La distribution de produits génère d’importantes quantités d’emballages, qui relèvent de la responsabilité de Sonepar. C’est pourquoi nous avons élaboré des bonnes pratiques de gestion en la matière : réutilisation des cartons et des emballages, recyclage des cartons avec l’aide de partenaires locaux, et optimisation des conteneurs. 

Bel exemple de cette démarche, Mayflex – l’une de nos sociétés britanniques – a entrepris une concertation avec ses fournisseurs afin de supprimer les emballages plastiques dans plus de 1 800 gammes de produits industriels, tous poids, tailles et formes confondus. La société a atteint son objectif en moins d’un an pour plus de 90 % des produits concernés, sans aucune augmentation de coûts ni aucune répercussion sur la chaîne de production. Son plus grand défi a été de convaincre les fabricants de se mettre à la place des installateurs d’équipements électriques afin de s’assurer que les nouveaux modes de conditionnement conviendraient à tous. En conjuguant créativité et travail d’équipe, ils sont ainsi parvenus à concevoir une nouvelle solution d’emballage plus économique, simple d’utilisation pour les installateurs, moins encombrante pour les distributeurs et permettant une réduction du temps de préparation allant jusqu’à 60 %. En outre, cette approche novatrice a permis de réduire la quantité de déchets plastiques non réutilisables et le nombre de conteneurs de transport, tout en rencontrant un écho très favorable auprès de l’ensemble des partenaires impliqués. 

Autre exemple dans le secteur de la construction en France : l’équivalent de 1,5 milliard d’euros de produits inutilisés est abandonné chaque année sur les chantiers, dont 390 millions d’euros de produits électriques. Au vu de ce chiffre, Sonepar France a signé un partenariat avec une start-up qui favorise la réutilisation et la revente de ces matériaux inutilisés auprès de ses clients électriciens, par le biais d’une application dédiée. Ce nouveau service payant sera proposé aux clients de la région parisienne. Sonepar s’emploie à mettre en avant les économies de coûts et les bienfaits écologiques que procure cette démarche. Pour le Groupe, c’est également un excellent moyen de réduire le stock dormant.  

Aux yeux de Sonepar, la transition vers une économie plus circulaire est primordiale, aussi bien pour l’avenir de la planète que pour celui des générations futures. Parce que nous sommes une entreprise qui mise sur l’innovation, nous voyons également en l’économie circulaire une opportunité de développer de nouveaux modèles économiques et de nouveaux services à offrir à nos clients. 

Aussi Sonepar s’efforce-t-il au quotidien de réduire son empreinte environnementale pour limiter l’augmentation de la température mondiale sous la barre des 2° C. Le Groupe vise à développer des bonnes pratiques sur l’ensemble de ses sites afin d’exercer une influence positive dans chacune des régions où il est présent. Nous avons pour ambition de devenir le porte-étendard de l’engagement écoresponsable et de l’économie circulaire. 

Dernières actualités Voir toutes les actualités